Parfois je pense…
que se sont les derniers jours de la terre,
(mais je souris au soleil);
dans mon Arcadia intérieure, je suis un héliotrope !
Dans le marais de la réalité
je suis une goutte (de sucre brûlé)
et quand il ne reste plus rien
je danse sans mon corps dans tes pensées,
avec l’élégance de certaines callas
et l’esprit des oiseaux migrateurs.
Parfois…
il me semble qu’ici je suis chez moi.