Je visitais la prison,
où se trouve de la crasse et l’anarchie
j’ai traversé le tribunal où les esprits sont déserts
j’ai traversé les quartiers où les souhaits sont des mystères
Je suis resté à bavarder dans les châteaux de Dublin
à propos de l’architecture et des origines,
des soupirs et des luttes, des livres et des héroïnes,
du sexe et des vin divins ;
j’ai goûté le bruit, la décadence, datura inoxis, l’eau bénite,
j’ai senti de l’adrénaline dans un spasme;
j’ai ouvert les portes énigmatiques de la Terre,
j’ai avalé la salive du baiser-orgasme 
je me sentais de manière perpétuel une connasse ;
j’ai scruté les cieux d’une voix sépulcrale
et je comprends que le bonheur est parfait, imparfait, blanc,
noir et fatal.
J’ai écouté la chanson de la Voie Lactée,
je me suis fait des amis qui ont l’âme-orchidée,
j’ai rêvé d’écrire ces vers :
j’ai dansé dans des chambres plus grandes que tous les univers ;
je suis descendu en moi et j’ai trouvé beaucoup d’autres mondes latents
qui attendent de voir mon corps voler vers le miroitement. 
Et j’expire en me révélant à moi-même
“J’ai tout … et tout commence avec un souffle” et je respire.